Le paradis tout au bout d'un très long tunnel (1980-2007)

Mais 1980 sera une nouvelle année terrible pour le club, avec une double relégation en 3e et 4e ligue, le tout pimenté par une certaine lenteur de la commission communale « Equipement sportif » à déposer un projet de centre sportif. Une lettre de démssion adressée à la Commune par Gérard Anthamatten en avril 1980 et une démission en bloc du comité présentée par Maurice Solioz, vice-président, lors de l’assemblée extraordinaire tenue au Buffet de la Gare le 2 mai 1980 donnent une petite idée du « ras-le-bol de tout le comité devant le peu d’empressement de la Commune à donner suite aux demandes réitérées du FC concernant de nouvelles infrastructures sportives« .

Et comme en 1959, c’est Roland Revaz (1980-1985) qui accepte de s’engager à nouveau comme président et qui connaîtra, en 1984, la relégation de notre 1ère équipe en 4e ligue, une année avant l’inauguration d’un magnifique centre sportif…

Sous la présidence de Barthélémy Gillioz (1985-1992), il faudra attendre 1989 pour assister à une ascension en 3e ligue sous les ordres de Gérard Constantin, mais le maintien est de courte durée, puisque St-Léonard va réintégrer la 4e ligue 2 ans plus tard, avant de remonter en 3e ligue en 1992 avec Alphonse Pellet comme entraîneur.

Mais les temps sont très durs et il faut se résigner à tomber l’année suivante en 4e ligue. D’autres présidents reprendront encore le flambeau : Stéphane Bétrisey (1992-1998), René-Claude Gillioz (1998-2003), Thierry Piffaretti (2003-2005) et enfin Jean-Maurice Tamini depuis 2005.

Heureusement, le mouvement junior est très prometteur et bourré de talents qui vont fortement contribuer à l’ascension en 3e ligue en 2001, avec René Crettenand comme entraîneur. Toujours en 2001, la 2e équipe peut fêter l’ascension en 4e ligue sous les ordres de Valentin Nicolas; l’équipe réussit, avec Jean-Paul Francey, à se maintenir à ce niveau un peu aidée parfois par les circonstances.

Pour la 1ère équipe suivent alors quatre belles saisons en 3e ligue avec la récompense qui survient en 2005: l’ascension en 2e ligue. Après 25 ans d’absence à ce niveau, les Léonardins savourent l’instant présent et sont en rangs serrés derrière le club emmené par Jean-Maurice Tamini. Mais les supporters des bords de la Lienne savent aussi, après le dénouement miraculeux de la saison 2006-2007 que ces moments peuvent être très fugitifs.

Aller à la barre d’outils